NOS ACTIVITÉS DE L’ANNÉE 2013

Samedi 30 mars  à 14 h. 30 : Projection et signature du livre de J.-L. Robert sur Plaisance à la salle polyvalente de la mairie.


Venez nombreux, c’est un livre d’une érudition rare sur le quartier de Plaisance. Il nous fait découvrir mille choses alors que nous pouvions penser les connaître. Il fait près de 630 pages de trouvailles historiques, il mérite largement son prix de 42 €.

Samedi 13 avril à 15 heures à salle polyvalente de la mairie
Conférence « Les fortifs de Paris et leurs occupants » par Yvan Belledame.

En partant de cartes postales anciennes et autres documents en projection, une évocation des militaires, employés d’octroi, promeneurs et zonards qui sont passés par les « fortifs », c’est-à-dire l’enceinte de Thiers construite autour de Paris en 1842/1845, et dont la démolition a commencé en 1919

Samedi 18 mai à la Salle polyvalente de la mairie par Georges Viaud
Balzac, Chateaubriand et Hugo à Montparnasse.

La conférence avec projection du 26 janvier avait pour sujet Victor Hugo à Montparnasse. A la suite, nous voulons aussi présenter Balzac, Chateaubriand et Hugo à Montparnasse, les géants du Romantisme. Ils se rencontraient et se fréquentaient Rive Gauche et dans le 14e arrondissement.

 

 

Du  17 au  22 juin : Exposition sur Romanin, l’autre Jean Moulin à
Montparnasse à la mairie
 :

Inauguration le 18 juin pour pouvoir aussi commémorer l’Appel du Général de Gaulle.

En 2013, nous voulons nous consacrer à la commémoration de Jean Moulin (1899-1943). La mairie du XIVe arrondissement s’investira dans la manifestation. Il y aura une exposition intitulée Romanin, l’autre Jean Moulin à Montparnasse, un chemin de mémoire et une  conférence.


 

Samedi 22 juin à la salle polyvalente de la mairie par Georges Viaud


La conférence avec projection du film de la cérémonie du Panthéon sera commenté en introduction et il y aura une évocation, Sur les pas de Jean Moulin à Montparnasse, dans un fauteuil.

Mairie du XIVe arrondissement
2, place Ferdinand Bronot,
75014, Paris

 

Publié dans Activités | Laisser un commentaire

Bulletin N°197



Extrait du plan des carrières du quartier de la Tombe
Issoire où l’on voit l’emprise de la Ferme de Montsouris
http://collectifportmahon.blogspirit.com/


Le mot du Président,

Le 11 mai, le Tribunal Administratif a donné raison au Collectif de la Ferme de Montsouris en refusant l’autorisation de travaux délivrée par le Ministère de la Culture sur la carrière de Port-Mahon. C’est le douzième procès que gagne le collectif. Il serait temps d’abandonner l’idée de bâtir sur ce lieu dont le sous-sol est classé Monument Historique jusqu’au sol.

Nous avons été très heureux des conclusions de ce jugement et quant à L’allée du 130, rue du Château, nous restons très vigilants de son avenir.

Il était une fois la rue de l’Ouest, c’est l’histoire d’une lutte collective exemplaire menée de 1973 à 1982, par les habitants pour empêcher la démolition intégrale de ce quartier. Grâce à ce combat acharné qui a fédéré l’ensemble des habitants une soixantaine de bâtiments furent sauvegardés.

Au 7, rue Campagne Première, le 18 juin à 18 h. 30, René Larose a dévoilé une plaque en l’honneur du sculpteur Pompon qui y a habité et a eu son atelier au 3 de la voie. Notre sociétaire a prononcé un bel et touchant discours où il a évoqué le Pompon qu’il a bien connu.

Au sujet de l’ouvrage de référence co-écrit par Xavier Ramette et Gilles Thomas Inscriptions des Catacombes de Paris, c’est la première fois depuis plus de cent ans qu’un inventaire exhaustif du patrimoine des catacombes est effectué. Pour chaque inscription gravée est indiqué le texte d’origine issu de la littérature profane ou sacrée, provenant aussi bien de grands classiques (Bible, auteurs latins et grecs) que de poètes contemporains des XVIIIe et XIXe siècles.

Nous avons appris par Le Parisien du vendredi 25 mai 2012 que dans l’ossuaire, 70 stèles manquent depuis le premier inventaire datant de 1815. Cet ouvrage a curieusement choqué par son érudition nous révélant ces disparitions. Il est fortement dommage que ce patrimoine ne soit pas mieux entretenu et respecté.

Nous avons su par la Maison de Chateaubriand que l’Enchanteur avait versé une bonne pension à Michetto, le chat du pape Léon XII, que l’entourage lui avait apporté à son décès, pour qu’il demeure à l’Infirmerie Marie-Thérèse et que le plus tard possible sa dépouille y repose en ces vénérables lieux. Il eut un fils fort à propos baptisé Le Romain, nous ignorons s’il eut lui-même une descendance mais nous pouvons l’imaginer.

Le Chat dans la littérature et la poésie
http://www.eurothai.fr/categorie-12288728.html

 

Publié dans Bulletins | Marqué avec , , , , , , | Commentaires fermés sur Bulletin N°197

NOS ACTIVITÉS DE L’ANNÉE 2012

Activités de l’année 2012

Montparnasse, enfant naturelde Saint-Germain des Près et du Quartier Latinau Dancing de La Coupole

Lutetia Parisorium Vulgo (1657) carte de Paris de Johannes Janssonius de la Koninklijke Bibliotheek, Den Haag

Le Triangle de l’Esprit

Selon la légende, les artistes seraient descendus de Montmartre pour vivre et créer à Montparnasse. Nous connaissons la distinction des deux rives grâce à la Seine. Le fleuve emblématique a modelé l’âme de Paris. La Rive Droite est celle du pouvoir et du commerce et la Rive Gauche porte l’esprit des libertés, des arts et des lettres à des hauteurs inégalées. On s’y rendait du Mississippi à l’Oural. Disons aussi que Montmartre est le jumeau spirituel de Montparnasse. Le Triangle de l’Esprit est sur la Rive Gauche grâce à l’abbaye de Saint-Germain des Près et les collèges du Quartier Latin. Montparnasse est leur enfant naturel depuis bientôt cinq siècles. Rappelons qu’à partir du XVIIe siècle, la Ville Lumière est la capitale mondiale de la peinture. D’ailleurs, le baptême de Montparnasse, Prés aux clercs des champs, daterait du Grand Siècle. Les « escholiers » venaient y déclamer, y bretter et y lutiner. Inspirés, ils l’appelèrent le Mont Parnasse.Ils l’avaientappelé aussi le Mont de la Fronde.Celui de Grèce avait deux sommets à près de 2460 mètres qui étaient dédiés à Dionysos et à Apollon, c’était sur hauteurs que le dieu Apollon rencontrait les Neuf Muses. Baptême symbolique mais si prophétique, il annonçait au Grand Siècle toute l’histoire de Montparnasse. Le mont est là même où nous remarquons l’église Notre-Dame des Champs et la rue du Montparnasse, rue dénommée par lettres patentes du 5 octobre 1773 dans la partie actuelle du 6e arrondissement. Elle s’était appelée sente des Poulignys, mot signifiant une hauteur naturelle, et sente de Montrouge. Nous pouvons bien aisément deviner les pentes en lanternant dans les rues Stanislas, Vavin et boulevard Raspail. Il est que le Mont Parnasse est à 64 mètres, Saint-Germain des Près à 26 et au Quartier Latin, 21, rue de l’Estrapade, nous y sommes à 56 mètres.La conférence a évoqué la longue durée de Montparnasse du Moyen-âge aux Temps Modernes au fil des lieux artistiques. Nous avons montré des photographies de Georges Théodore Viaud découvrant ainsi près de 100 adresses de La Coupole au Pont des Arts. A l’issu de la projection, nous prîmes un fort bon goûter dans un bel esprit de convivialité.

Le goûter conférence a eu lieu le samedi 16 juin à 15 h.
au Dancing de La Coupole, 102, boulevard du Montparnasse, 75014, Paris


En septembre

La Société Historique et Archéologique du XIV² Arrondissement

sera présente le 8 septembre au Forum de la Rentrée 2012.

Thomas Dufresne, co-auteur avec Georges Viaud de l’Abécédaire de La Coupole aux Editions du Cherche-Midi, présentera le patrimoine voilé de Montparnasse, et des Années Folles.Photos de la Coupole (GV)

 

Du lundi 8 au samedi 13 octobre

«La place Denfert-Rochereau

et son lion, figure emblématique du 14ème»

Basée essentiellement sur des cartes postales anciennes et documents d’archives, cette exposition essaiera de montrer les différents aspects de cette place, à la fois carrefour, lieu de commémoration, lieu de loisirs et de fêtes. Elle se tiendra dans le hall d’entrée de la Mairie principale, aux heures d’ouverture de celle-ci (2, place Ferdinand Brunot, 75 014, Paris).
Hall d’entrée de la mairieMairie du XIVe arrondissement2, place Ferdinand Brunot75014, Paris

visite conférence au Cimetière du Montparnasse

Le dimanche 21 octobre à 15 h.

Nous organiserons une visite conférence au Cimetière du Montparnasse. Une nouvelle fois nous irons à la rencontre post-mortem de nombreux artistes, médecins, écrivains, hommes politiques… Nous découvrirons ou redécouvrirons leur œuvre, qui par delà leur vie, fait que leur destin personnel s’inscrit dans l’histoire de leur secteur d’activité, mais aussi, au sein de l’Histoire de notre pays.Les modalités de cette visite – qui est gratuite – vous serons précisés prochainement.

Ferdinand Brunot, maire du XIVe arrondissement,

pendant la Grande Guerre

Le fonds Brunot est à la bibliothèque de l’Université de Tours

http://www.univ-tours.fr/acces-rapide/le-fonds-brunot-37772.kjsp

Bien connue des « Quatorzièmois », l’adresse de la mairie est au 2, place Ferdinand Brunot. Depuis 1946, elle honore l’universitaire et le maire du 14e de 1910 à 1919. Avant 1867, la place s’est appelée de la Mairie puis de Montrouge.Le destin, de linguiste, de maire, de philanthrope, de Ferdinand Brunot (1860-1938) est, d’ailleurs, fort méconnu des habitants. Il fut un grand linguiste, auteur de la monumentale Histoire de la langue française qu’il avait conçue comme une étude à la fois de la société et de la langue. En 1932, il ridiculisa la Vieille Dame du Quai Conti dans ses Observations sur la Grammaire de l’Académie Française. Ce féroce et désopilant pamphlet eut un énorme succès de librairie.En 1900, Ferdinand Brunot vint habiter le 8, rue Leneveux. La même année, il sera élu maire et en novembre, la Sorbonne créa pour lui la chaire d’Histoire de la langue française. De 1914 à 1918, il se considéra comme « mobilisé civil » à son poste de maire interrompant tout travail personnel et se mobilisant entièrement à la disposition de la population.Ce grand travailleur intellectuel et maire « hors série » était un humaniste aimant la sculpture sur bois. Il avait taillé les meubles et les portes de son domicile.

Georges Viaud

Nous prévoyons de faire une conférence sur Ferdinand Brunot, maire de notre Petite Patrie pendant la Grande Guerre avec le soutien de Marcel Faisandier, Président du Comité d’Entente des Anciens Combattants. Elle se déroulera le 17 novembre 2012 à 15 h. à la salle polyvalente de la mairie principale.17 novembre 2012 à 15 h. (entrée gratuite)Salle PolyvalenteMairie du XIVe arrondissement2, place Ferdinand Brunot75014, Paris

Publié dans Activités | Laisser un commentaire